Musulmans et chrétiens unis dans la prière

2775916

La messe dominicale en hommage au père Hamel, assassiné à Saint-Étienne-du-Rouvray, la semaine dernière, était particulière puisque des musulmans y ont assisté.
Fraternité, paix et amour. Tels ont été les maîtres mots de la messe à Dreux, célébrée par l’abbé Jean-Marie Lioult, ce dimanche matin.
Ce traditionnel office dominical, en l’église Saint-Pierre, était dédié à la mémoire du père Jacques Hamel qui s’est fait égorger, mardi 26 juillet, à Saint-Étienne-du-Rouvray, en Normandie, à une demi-heure de Dreux.
« En venant à cette messe, vous faites acte de résistance »
À l’appel du Conseil français du culte musulman mais aussi du Conseil théologique musulman, les fidèles étaient invités à assister à la messe. À l’image d’une bonne trentaine de musulmans, Mimoun Ennebati, président de l’association Alif, est venu en tant que pratiquant : « Nous sommes tous solidaires de nos frères catholiques. »
Ismahene Bouzidi, membre du Conseil théologique musulman de France, s’exclame : « Il faut se lever contre l’injustice. Ce qu’il s’est passé mardi dernier est inhumain. Les personnes qui commettent des attentats veulent protester contre la société en se cachant derrière une religion. Mais elles ne connaissent rien de cette dernière ! »
L’abbé Jean-Marie-Lioult s’est dit « profondément fier et touché » de la présence des musulmans. Il est convaincu par les propos du pape François « quand il affirme que nous sommes dans une guerre mondiale et que la fin du dernier conflit mondial a été heureuse grâce aux résistants. Aujourd’hui, vous faites acte de résistance en venant à cette messe ».
Musulmans et catholiques ont clamé d’une seule voix que la meilleure réponse à la haine restent la fraternité et l’amour.
A Chartres, peu de musulmans ont assisté à la messe, en la cathédrale Notre-Dame, mais le père Jean Bello, dans son homélie, a rappelé que les « vrais musulmans ne sont pas islamistes ».
Il a appelé à la fraternité et à la paix. Un message d’autant plus fort que le prêtre vient d’un pays, le Mali, « constitué de 95 % de musulmans ».
Il en a également appelé à la tolérance : « Il ne faut pas rejeter l’autre sous prétexte qu’on n’a pas la même religion. »
Argan Fagnou et Jacques Joannopoulos
Be Sociable, Share!